lundi 4 mars 2013

Derrière le noir la lumière

Le soleil a repris un peu le dessus après une semaine de froid. Dans l'atelier la chute des températures est venue de loin, de très loin même, du nord canadien. Rien que l'évocation de cette région et nous voici transportés dans de grandes étendues blanches. Et pourtant...
Ces nouvelles gravures, qui ont pris place sur les étagères, contrastent avec l'univers quotidien de Denise Pelletier. Des noirs intenses, des formes abstraites, une série qui fait voyager.
En y regardant de plus près, on aperçoit ici et là des gris, des lignes douces, des fragments qui surgissent délicatement de la masse. Des morceaux de vie rappelant les premières jeunes pousses qui sortent de terre. L'annonce du printemps, enfin !






3 commentaires:

P. a dit…

, saisir peut-être (au noir) ; quelque chose : la pulpe dans ces dessins, des traces reconnues de l'auteure (ses ouvroirs attendus sans fiction, sans ombre, ni peintes) aux origines (l'étrangeté, la désertion, un quête un peu acide de paysages : intérieurs) / oui : découvrir ces étranges perceptions (réécrites peut-être en sens inverses) de cette amie des arts.

MARZIN Serge a dit…

Il y a des sonorités de noms de graveurs qui font rêver,
car l'ont connaît la facilité que possèdent ces rares élus de nous transporter dans notre inconscient.
Denise Pelletier fait partie de ces artistes
qui ont l'âme "graveure". Une oeuvre gravée qui séduit par sa puissance et par sa générosité.
Merci Sandrine pour ce beau cadeau. Sergio

Denise Pelletier artiste graveure Qc a dit…

Merci à vous deux chers amis ...

bises de printemps!

à bientôt à Chartres! ...